Hyôka

Aller en bas

Hyôka

Message par Mawaru le Ven 28 Aoû - 5:14



Titre Original: Hyouka
Studio: Kyoto Animation
Genre:School-Life_Enquête
Année de sortie:2012
Nombre d'épisodes: 22

Synopsis: Hotaro Oreki est un adolescent qui souhaite éviter tout problème et en faire le moins possible tant il est paresseux (je te comprends mon vieux. Sad ). Mais à la demande de sa soeur, il rejoint le club de littérature et rencontre Chitanda, une jeune fille curieuse qui perturbera les espoirs de tranquillité du jeune homme qui se retrouvera à résoudre intrigues et mystères à la demande de la jeune fille.

Quand on voit le genre enquête on pense aussitôt à quelque chose dans le monde policier ou détective. Cela peut-être un meurtre, un vol, un enlèvement ou n'importe quel crime au final. Mais quand Kyoto Animation, studio réputé pour ses school-lifes, citons au hasard... Clannad crée une oeuvre se basant sur ce genre, cela devient une sorte de petit OVNI du genre enquête tout en ayant une formule des plus classiques.

Hyoka a un scénario qui se compose d'une enquête principale qui occupera environ un quart de la série, suivie de plusieurs petites enquêtes auxquelles seront consacrées plus ou moins d'épisodes. Mais ne vous attendez pas à des enquêtes sur bases policières. Hyoka ne se compose que d'enquêtes se basant sur le quotidien que ce soit pour la réalisation d'un film lors d'un festival ou bien faire l'anthologie du club de littérature, ce petit genre de truc... Si dit comme ça, ça paraît chiant et sans intérêt, et bien vous avez torts ! Car si en effet ces enquêtes manquent d'enjeux, d'intensité, elles sont tout de même très bien écrites et pensées ! Elles sont une petite perle d'ingéniosité. J'irai même jusqu'à dire que sur tout ce que j'ai pu voir qui tenait du genre enquête, elles se classent facilement dans les premières tant elles sont bonnes. Si elles ont une base toute simple, leur développement ainsi que leur résolution est vraiment efficace. Et justement, c'est leur simplicité qui fait leur force ! Car les enquêtes sont crédibles ! Elles sont tellement crédibles que le spectateur peut se prendre très facilement au jeu à essayer de trouver la réponse. Et si le spectateur se prend au jeu, c'est que le but du genre enquête est atteint. Hyoka grâce à sa simplicité envoie valser au loin plusieurs oeuvres du genre qui justement ont tendance à dramatiser les enjeux. De plus les enquêtes savent ne pas trop s'éterniser. Ce qui permet de garder toute la fraîcheur de celle-ci et d'empêcher toute lassitude. Si Hyoka n'est pas celui qui a les enquêtes les plus dramatiques, c'est tout de même lui qui est de loin le roi du divertissement dans son genre.

Mais le scénario de Hyoka ne se compose pas non plus que d'enquêtes, il a aussi majoritairement un côté school-life. Ainsi comme tout bon school-life qui se respecte on a le droit au histoire de club, les tranche-de-vies lycéennes et tout ce qui va avec... Notamment le négatif. Si le côté school-life est l'incarnation de la force principale de Hyoka, c'est-à-dire sa simplicité, c'est aussi son plus gros point faible. Car en effet ce genre à moins d'avoir des personnages en béton armé ou une certaine intensité émotionnelle tourne rapidement en rond ou à des passages à vide. Hyoka évite heureusement la répétitivité mais n'arrive malheureusement pas à échapper aux passages à vides. En effet, si les enquêtes sont vraiment intéressantes, elles ne sont pas pour autant omniprésentes... et il faut bien combler les trous. S'en suit alors un passage tranche-de-vie assez vide qui n'a pas particulièrement de côté comique, de côté romance ou bien de côté dramatique et les personnages qui ne sont pas des perles d'écriture ne peuvent éviter ce vide. C'est juste une tranche-de-vie des plus banales où les personnages interviennent entre-eux sans forcément grands intérêts où la vie d'écolier suit son cours à travers festival, club, bref la totale avec un soi-disant passage de romance si ma mémoire ne me fait pas défaut mais qui est vraiment sans intérêt (ça j'en suis sûr).

Les personnages d'ailleurs. Pour 22 épisodes, le casting des personnages est au final assez restreint. Seul un petit cercle de quatre personnages demeurent vraiment tout au long de sa série composée de mademoiselle la curieuse aussi nommée Chitanda, monsieur la feignasse qui est aussi un génie Oreki, Wikipédia aussi appelé Satoshi et la petite bibliothéquaire: Mayaka. Si Mayaka et Satoshi sont tout au plus sympas, ils n'ont pas forcément un grand intérêt pour le récit à part de temps en temps un léger coup de main et un remplissage. Dès lors sur le groupe de quatre on arrive à deux. Et c'est bien Chitanda et Oreki qui supportent la série sur leurs épaules. Qu'on se le dise de suite ce ne sont ni des personnages profonds, ni forcément développés et encore moins à l'écriture génialissime. C'est juste un duo de personnages tout en simplicité avec un développement relationnel parfois assez particulier et qui servent juste à mettre en avant les fameuses enquêtes. Chitanda les amène par son côté casse-couille, euh... très (trop même, pauvre Oreki. T_T) Curieuse et Oreki les résolut avec de temps à autre comme soutien Wikipédia qui lui sert de base d'information vivante. Mais encore une fois Hyoka joue la carte de la simplicité et il faut avouer que ça fonctionne bien. Les personnages sont pas marquants, ils ont une écriture ultra-simpliste mais qu'est-ce qu'ils peuvent être sympas à suivre, surtout pour voir les malheurs d'Oreki qui ne trouve jamais la tranquillité qu'il souhaite tant.

A part ça côté réalisation, c'est de l'excellent boulot. Les graphismes sont tout simplement sublimes de base avec l'usage maîtrisé des couleurs, un sublime jeu de lumière et je n'ose à peine évoquer les quelques plans plus spéciaux qui sont de véritables bijoux de technicité et de beauté qui prouve bien que Kyoto Animation surclasse bien des studios sur le plan technique ! La preuve dans le spoiler.
C'est beau. *_*:
Et malgré le fait que ce soit une oeuvre calme et posée, l'animation n'est pas en reste ! C'est d'une étonnante fluidité ! Le chara-design joue quant à lui la carte de la simplicité et encore une fois ça réussit bien à l'oeuvre. Il est fin et constant, c'est plutôt détaillé et bien dessiné, bref du bon boulot.
Sinon côté sonore, bah c'est du très bon aussi. Les ost peuvent avoir de très belles pistes en plus d'être variées et surtout bien correspondre aux scènes, plans, sur lesquelles elles sont mises. Si elles ne rendent pas particulièrement les scènes plus intenses, elles participent vraiment à l'immersion en plus de bien décrire l'ambiance. Quant au jeu des seiyuus, bah c'est du très bon boulot.
Pour ce qui est de la narration, elle se fait vraiment littéraire. Une certaine finesse s'en dégage, c'est plutôt bien écrit, ça passe tout seul en plus de bien correspondre au côté tranche-de-vie et c'est plutôt bien structuré. Quant à la mise en scène, c'est aussi du bon boulot. Elle a tendance à se faire classique dans les moments les plus calmes, mais les quelques effets spéciaux donne un coup de fouet au tout et quand il s'agit des enquêtes, elle sait mêler simplicité avec efficacité. De plus quelques jeux de caméras et d'alternance de plans dynamisent le tout et sont vraiment bien gérés.

En conclusion, Hyoka est un OVNI dans le domaine de ce qu'on peut définir d'enquête. Sa simplicité est à la fois sa plus grande qualité grâce à ses enquêtes finement pensées et son plus gros défaut à cause des quelques passages à vides. Cependant ses personnages sont vraiment sympas et sa réalisation est tout simplement excellente. Hyoka n'est clairement pas l'animé du siècle, d'ailleurs il n'en a pas la prétention mais il  est vraiment divertissant. Hyoka, c'est ça, une petite friandise de l'animation. Une oeuvre sans prétention mais purement divertissante qui fait toujours plaisir à visionner. De plus pour une rare fois que l'adaptation animée d'un Light Novel est de qualité, on va pas s'en priver. Ca n'a pas le niveau d'un Kino no Tabi mais c'est toujours bien mieux que Durarara!!, Black Bullet, Sword Art Online ou encore The Irregular at Magic High School (insupportable ce truc...), du moins en animé.
Mawaru
Mawaru

Messages : 59
Date d'inscription : 23/08/2015
Localisation : J'aurai bien aimé à San Francisco. :C

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum